[Interview]Pierre Alary : Retour à Killybegs

retour-a-killybegs-1   

Salutations chers lecteurs/lectrices, j’ai le plaisir de vous partager l’interview de Pierre Alary durant la foire du livre à Bruxelles. C’est dans le cadre de ma lecture de « Retour à Killybegs » publié chez Rue de Sèvres que j’ai pu le rencontrer. Je remercie Thibaut Fontenoy de m’avoir offert cette opportunité et surtout de m’avoir mis « Retour à Killybegs » entre les mains. Cette Bd a été un énorme coup de cœur que je vous recommande vivement. Voici donc un retour sur l’histoire de l’adaptation du roman de Sorj Chalandon par Pierre Alary.

Résumé :
Tyrone Meehan figure mythique de l’IRA et traître à la cause nationaliste irlandaise pendant une vingtaine d’années a été dénoncé par les Anglais. « Maintenant que tout est découvert, ils vont parler à ma place. L’IRA, les Britanniques, ma famille, mes proches, des journalistes que je n’ai même jamais rencontrés. Certains oseront vous expliquer pourquoi et comment j’en suis venu à trahir. Des livres seront peut-être écrits sur moi, et j’enrage. N’écoutez rien de ce qu’ils prétendront. Ne vous fiez pas à mes ennemis, encore moins à mes amis. Détournez-vous de ceux qui diront m’avoir connu. Personne n’a jamais été dans mon ventre, personne. Si je parle aujourd’hui, c’est parce que je suis le seul à pouvoir dire la vérité. Parce qu’après moi, j’espère le silence. » Tyrone Meehan raconte sa vie gâchée, la violence familiale, sa confusion jusqu’à sa trahison. Retour à Killybegs respire la passion et le désespoir d’un homme qui, un jour, n’a pas eu le choix et s’est enfoncé dans la nuit et dans la honte.

Bonjour Pierre Alary. Merci de m’accorder ce temps. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Pierre.  Je fais de la Bd depuis une vingtaine d’années. Avant cela, je travaillais dans l’animation chez Walt Disney à Montreuil. J’ai fait l’école des Gobelins à Paris. J’ai commencé la bande dessinée en parallèle.

En quelques mots, « Retour à killybegs » qu’est-ce que c’est ?

« Retour à Killybegs » et « Mon traître » (1er tome de la duologie) , c’est avant tout un coup de cœur. J’avais commencé par « Mon traître » et j’ai tout de suite eu envie de l’adapter. C’est curieux parce que ça sort complètement de ce que je fais d’habitude. Je suis plus Bd aventures dynamiques. Je suis vraiment tombé amoureux de sa façon d’écrire et de la relation de ses deux personnages. Et de fait, j’ai du donc aussi adapter « Retour à Killybegs » qui est indissociable du premier. Dans le premier, c’est l’histoire d’un jeune français qui tombe amoureux de l’Irlande et d’un personnage, membres de L’I.R.A. qu’il voit comme un père. Jusqu’au jour où 25 ans après le français découvre que ce dernier était un espion pour les anglais. C’est donc ensuite la dégringolade. La réflexion d’un personnage trahi. « Retour à killybegs » est un travail, non pas de deuil mais un travail pour comprendre la trahison de son ami.  C’est une sorte d’autobiographie du traitre. C’est lui qui raconte sa vie, de son enfance jusqu’à sa mort et la raison de sa trahisîn. Et on comprend mieux l’engrenage que c’est de devoir trahir malgré soi en constatant les dommages collateraux que cela implique.

Avez-vous effectuer le même travail pour les deux tomes ou des changements ont été opérés ? Lequel avez-vous préféré faire ?

Je n’avais prévu de faire que le premier. Dans « Mon traître » il y a une question fondamentale. Au milieu du bouquin, ce jeune homme voulait savoir si le traître avait trahi toute son amitié, son amour, sa confiance, sa femme et ses enfants. Tout le roman tourne autour de cette question.  Savoir s’il l’aime malgré tout ? La réponse est à la fin du livre. Mais les gens se demandaient pourquoi il y avait eu trahison car dans le tome 1 on obtient pas de réponses.  Chalandon m’avait dit que les deux étaient indissociables. D’un côté le trahi et de l’autre le traître. Donc, il a fallu que je travaille le point de vue du traître  de la même manière que celui du trahi pour apporter une réponse au « pourquoi ». Et surtout de comprendre comment on vit quand on trahi.
J’ai eu un vrai coup de cœur dans le premier à la lecture. Dans les deux livres ,il y a des choses qui m’émeu aux larmes. Je n’en préfère pas un. Ce traître parle avec sa femme. Personne n’était au courant .il n’y a pas que le Français qui a été trahi. Il y avait également sa femme, ses enfants et tous ses amis. Les deux livres sont bouleversants.

Comment décrieriez-vous le style de votre coup de crayon dans « Retour à Killybegs » ?

Pour ces deux livres, je me suis mis très en retrait. J’ai vraiment pas essayé de « dessiner ». D’habitude, j’aime bien le faire au pinceau. Quelque chose qui envoi, avec du mouvement et beaucoup d’effets.  Pour « Retour à Killybegs » je voulais tellement rester focus sur l’histoire que j’ai mis tout cela de côté en essayant de dessiner de façon plus réaliste, plus photographique. Se focaliser sur les yeux et le regard. 

Avez-vous un rituel avant de commencer un travail ?

Pas vraiment. Le processus est le même. J’ai fait de l’adaptation donc la seule chose que je devais faire de nouveau c’était le scénario mais j’avais une bonne base car les romans sont très forts. J’ai fais un story board et du découpage. Le choix crucial c’était de savoir qu’est-ce que j’allais enlevé du roman.  J’ai dû retirer des passages très forts parce que je les avais pas travailler sur le premier et je ne voulais pas perdre les lecteurs. Le tout est de trouver un rythme et une structure. Par exemple, le dernier chapitre de l’adaptation BD ne se trouvait pas à cette place dans le roman. Je voulais avoir un choc finale.

Avez-vous d’autres projets futurs de ce style ?

Pour l’instant je vais un peu arrêter ce style. Je vais revenir à des projets d’aventures classiques où je peux dessiner des poursuites à cheval et qui bouge beaucoup plus. J’ai fait 300 pages en deux ans sur ce coup de cœur. Je vais revenir là où je m’amuse plus en dessin et qui seront surement moins profonds au niveau du fond.

Je vous dis d’avance à bientôt pour une nouvelle interview, en vous souhaitant de merveilleuses lectures.

Rejoignez-moi sur Instagram @wordspaperbook pour plus de photos, de retours, de livres.

Lectureusement.

#Wordspaperbook

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :